Il vaut mieux boiter sur le bon chemin…



Il y a quelques jours j’ai eu l'intuition que pour aller mieux et guérir il fallait que je me laisse le temps, que je reconnaisse que certaines choses devaient changer dans ma vie, que je devais faire des choix.

Parvenir à la sagesse et à la clarté est un travail de longue haleine qui demande du travail et de la persévérance. B.K.S Iyengar (La Voie de la Paix intérieure) compare cela au travail de la mine. Comme les mineurs des mines de diamants de Golconda, nous devrions peiner, pour séparer le rebut, ce qui est faux, mauvais, de ce qui est beau, vrai, précieux à l'image des diamants qu'ils finissent par extraire au prix de grandes souffrances.

En lisant cela, la lumière ce faisait en moi, signifiant qu'il faut renoncer aux choses qui nous procurent de la contrariété, qui ne sont pas en accord avec nos valeurs ou notre état physique du moment et ne se concentrer que sur ce qui nous fait du bien et nous procure de la Joie. Mais cela au prix d'un long travail, régulier, accompagné pour ma part, par la pratique du yoga.

J'en suis arrivée à la conclusion qu'il fallait de la ténacité et de la persévérance, mais aussi une sacré dose de courage pour admettre qu'il faut parfois renoncer, faire demi-tour, choisir un itinéraire bis tortueux et peu emprunté plutôt qu'une autoroute droite et surchargée. De la persévérance encore et toujours pour continuer sur ce chemin, oser faire des choix parfois à contre courant.

S'il est difficile d'admettre ses erreurs, ses échecs, ne pas le faire est synonyme de continuer d'avancer aveuglément sur la mauvaise route. Or la route de la vie est longue, parsemée d'embûche et loin d'être un long fleuve tranquille ; ce sont des petits pas quotidiens, mais répétés avec régularité et constance qui nous conduisent vers la bonne destination, celle que l'on s'est choisie, avec le Coeur.


"Il vaut mieux boiter sur le bon chemin, plutôt que de courir sur la mauvaise route..." 

Aucun commentaire