Randonnée hivernale

randonnée hivernale

Lorsque la température baisse, certaines personnes choisissent de rester à l’intérieur, enveloppées dans une couverture, un chocolat chaud à la main. D’autres considèrent que c’est le meilleur moment de l’année pour sortir et profiter d’un paysage nouveau et apparemment intact que peu d’autres sont prêts et capables d’explorer.

La randonnée hivernale offre des défis et des dangers plus importants que la randonnée pendant les mois les plus chauds de l’année, mais on dit que la récompense est d’autant plus grande.

Il y a quelques éléments clés que vous devez connaître avant de partir pour votre première randonnée hivernale, en commençant par votre sac à dos et vos vêtements jusqu’aux informations sur la survie et les conseils d’hydratation.

Choisir un sac de randonnée hivernale

La facilité d’accès, la taille du sac et la durabilité sont trois des caractéristiques les plus importantes à rechercher dans un sac adapté à une randonnée hivernale ou à un voyage à dos.

En hiver, la quantité de matériel et de vêtements que vous portez est beaucoup plus importante que pendant les mois les plus chauds. Pouvoir atteindre facilement et confortablement les outils et accessoires essentiels comme votre bouteille d’eau, votre pic à glace, vos crampons et autres équipements de randonnée hivernale peut être crucial pour votre réussite sur le sentier.

Cherchez un sac avec des boucles externes et des harnais sur le devant du sac pour un accès facile. Vous ne voulez pas ranger des articles pointus comme des outils et des pics dans le compartiment principal du sac et risquer de déchirer le matériel.

Comme vous avez déjà des vêtements et du matériel pour vous tenir au chaud et en sécurité dans le froid, il n’est pas idéal d’ajouter du poids à votre charge. Il est important de rechercher un sac qui soit léger tout en offrant le volume nécessaire pour transporter l’essentiel.

Si vous partez pour une journée de randonnée, vous n’aurez peut-être besoin que de quelques couches supplémentaires (pour quand vous arrêtez de bouger), de nourriture et d’eau supplémentaires.

Dans de nombreux cas, vous aurez également besoin d’un équipement de sécurité complet et d’un équipement de secours en cas d’avalanche. De nombreux randonneurs hivernaux ont tendance à utiliser un sac plus grand que nécessaire. L’utilisation d’un sac dont la partie supérieure est extensible vous permettra d’emporter l’essentiel pour rester en sécurité sans sacrifier le confort ou ajouter un poids inutile.

Des sangles de compression peuvent être utiles lorsque le sac est trop rempli. Les sacs contenant trop de matériel ont tendance à déséquilibrer le randonneur, mais on peut y remédier en utilisant des sangles de compression pour répartir le poids du sac et faciliter l’équilibre sur le dos.

Enfin, selon le type d’activité hivernale que vous pratiquez à l’extérieur, la durabilité de votre sac (déterminée par le matériau) joue un rôle dans votre décision.

Des matériaux plus légers peuvent convenir pour les randonnées en plein air, mais dès que vous introduisez des éléments rocheux dans l’excursion, vous devriez envisager de vous équiper de quelque chose de plus durable.

Conseil : si vous campez, essayez de ranger votre tente à l’extérieur du sac à l’aide de sangles de sécurité afin de pouvoir ranger le reste de vos affaires dans le sac tout en restant au chaud à l’intérieur de la tente. La tente repliée devrait être le dernier article que vous emportez.

Choisir des chaussures de randonnée hivernale

Choisissez des chaussures d’hiver qui non seulement vous garderont au sec et vous isoleront du froid, mais vous permettront aussi de couvrir plus de distance que jamais grâce à des caractéristiques de conception axées sur le confort et la performance.

La couche extérieure de vos chaussures de randonnée d’hiver doit être imperméable et, dans certains cas, également scellée par des coutures pour empêcher l’eau de s’infiltrer aux points de connexion près de la semelle et des lacets.

Le GORE-TEX est un matériau imperméable populaire souvent utilisé dans les chaussures d’hiver et aussi dans les vêtements d’extérieur d’hiver. L’isolation à l’intérieur de la chaussure doit permettre d’emprisonner l’air chaud à côté du pied tout en laissant l’humidité s’infiltrer vers l’extérieur.

L’augmentation de la traction sur la glace et les sentiers glissants est également un élément clé dans le choix des chaussures d’hiver appropriées pour votre randonnée. Plus le terrain est difficile, plus l’adhérence et les capacités de stabilisation de la semelle doivent être grandes.

Selon le terrain et les conditions des sentiers, vous pouvez envisager d’équiper vos chaussures de randonnée hivernale de dispositifs de traction (crampons à glace) ou de crampons pour augmenter l’adhérence et la stabilité.

Les dispositifs de traction glissent facilement sur tout type de chaussure de randonnée hivernale et les crampons ̶ généralement en acier ̶ offrent une bien meilleure adhérence sur la glace et la neige. Les crampons à glace ne sont utilisés que sur des terrains plats ou vallonnés.

Les crampons peuvent être utilisés avec une variété de chaussures de randonnée hivernale et certaines chaussures sont spécialement conçues avec des talons ou des orteils présentant des rainures pour accepter une grande variété de styles de crampons. La majorité des crampons utilisés pour les randonnées d’hiver sont à sangles plutôt qu’à talons (les crampons à talons nécessitent des talons et des orteils).

Si vos bottes n’ont qu’un talon, trouvez des crampons qui peuvent s’adapter à un talon mais qui n’ont pas besoin de talon. Si elles ont les deux, trouvez des crampons qui nécessitent les deux, seulement un talon ou aucun des deux.

Des bottes avec des talons et des orteils vous permettent d’avoir une plus grande variété de crampons compatibles. Si vos bottes n’ont pas de talons, il est important de trouver un modèle de crampon qui ne nécessite pas de talons pour maintenir les crampons en place.

L’un des facteurs les plus importants pour déterminer si vos bottes d’hiver sont adaptées à l’utilisation de crampons est de savoir si les bottes elles-mêmes sont suffisamment rigides et stables. Un bon moyen de le savoir est de savoir si vous pouvez facilement plier le bout de votre botte vers le talon/la cheville, les bottes ne sont probablement pas assez robustes pour être utilisées avec des crampons.

De nombreux fabricants de chaussures de randonnée et d’alpinisme en hiver considèrent que leurs modèles conviennent aux hommes comme aux femmes.

Choisir des vêtements de randonnée hivernale

Toutes les activités hivernales de plein air nécessitent un système de vêtements pour vous tenir au chaud, au sec et pour vous déplacer dans le froid.

S’HABILLER COMME UN OIGNON

Couche interne

Vous devez d’abord porter une couche bien ajustée sur votre peau qui évacue correctement l’humidité. La laine mérinos et certains matériaux synthétiques sont conçus pour repousser la sueur de votre corps afin qu’elle s’évapore plus facilement au lieu de rester sur votre peau et de vous refroidir.

Couche intermédiaire

Cette couche contribue à créer une autre barrière entre vous et l’air extérieur en formant une zone d’espace où l’air mort non circulant est piégé. Les polaires et autres vestes et pulls légers mais chauds remplissent bien cette fonction.

Couche extérieure

Votre veste isolante est votre première défense contre le froid, le vent et les précipitations. Elle doit comporter un matériau tel que GORE-TEX™ pour empêcher toute infiltration d’eau ainsi que le duvet ou une isolation synthétique pour piéger la chaleur de votre corps. Les meilleures couches extérieures sont non seulement imperméables et isolantes, mais elles sont également conçues pour respirer et permettre à l’humidité interne de s’infiltrer vers l’extérieur.

Conseil : ajoutez une couche supplémentaire lorsque vous arrêtez de bouger pour empêcher la température de votre corps de baisser.

Couches de base, couches intermédiaires, pantalons isolants, coquilles extérieures et vestes isolantes pour hommes

Équipement et accessoires de randonnée hivernale

En fonction des conditions, la tuque droite et le cache-cou, les guêtres, les lunettes de soleil, la crème solaire et les gants peuvent améliorer considérablement votre temps passé à l’extérieur. N’oubliez pas que le soleil se reflète sur la neige les jours ensoleillés, créant un éblouissement qui est dur pour vos yeux à long terme, réduit la visibilité et peut entraîner des coups de soleil.

Crampons

La marche sur glacier et la plupart des itinéraires d’alpinisme en général nécessitent l’utilisation de ces dispositifs à pointes – en aluminium, en acier ou en acier inoxydable – car ils permettent de sécuriser votre pied à chaque pas, ce qui vous permet de vous équilibrer et de pousser plus facilement sur les terrains difficiles.

Ne vous inquiétez pas, de nombreux crampons modernes sont conçus pour être utilisés avec des bottes d’alpinisme ou d’hiver normales plutôt qu’avec des chaussures spécialisées. Vérifiez si vos bottes sont munies d’embouts ou de talons pour accepter les crampons.

Si elles n’ont ni l’un ni l’autre, trouvez des crampons à sangles qui fonctionnent sans trépointe sur vos bottes et assurez-vous que les bottes que vous avez choisies sont suffisamment rigides et résistantes pour être utilisées avec des crampons.

Si vos bottes ont des trépointes à la fois au niveau de l’orteil et du talon, vous pouvez utiliser pratiquement n’importe quel type de crampon.

Ces crampons sont recommandés pour l’alpinisme général et la randonnée hivernale :

Crampons de contact Black Diamond – Clip- compatible avec une talonnière

Dent de sabre en diamant noir – compatible avec une talonnette

Crampon Petzl Léopard – compatible avec une bordure d’orteil et de talon ou pas de bordure du tout

Crampons Petzl Irvis- compatible avec les talons et les orteils ou simplement avec les talons

Crampons Petzl Sarken – compatible avec les talons et les orteils ou simplement avec les talons

Pôles de randonnée

Les bâtons de trekking sont extrêmement utiles pour les randonnées hivernales car ils améliorent considérablement la stabilité sur des terrains difficiles comme la neige, la glace et les rochers.

Équipement de sécurité pour la randonnée hivernale

Vérifiez la météo lorsque vous planifiez votre voyage. Vérifiez-le à nouveau juste avant de partir et faites les ajustements de dernière minute de votre équipement. N’ayez pas peur de reporter votre voyage si le temps semble plus froid ou plus extrême que prévu.

Équipement et formation de sécurité en cas d’avalanche

L’équipement de protection contre les avalanches est obligatoire pour les déplacements dans l’arrière-pays en hiver. Vous devrez vous équiper du matériel suivant et apprendre à l’utiliser correctement, de préférence en suivant une formation pratique dispensée par un instructeur expérimenté.

Émetteurs-récepteurs

Les détecteurs d’avalanche ont deux fonctions : Diffuser un signal et recevoir des signaux d’autres émetteurs-récepteurs. Tous les membres de votre groupe doivent être équipés d’un émetteur-récepteur réglé pour émettre. Si l’un d’entre vous se retrouve coincé sous une avalanche de neige, les autres membres de votre groupe peuvent alors commuter leur émetteur-récepteur pour recevoir des signaux et travailler rapidement à localiser la personne coincée.

Sonde

Une sonde extensible est utilisée pour localiser l’emplacement d’une personne enterrée profondément sous la neige.

Pelle

Les pelles à avalanche sont conçues pour être légères et faciles à transporter, tout en permettant d’enlever rapidement de grandes quantités de neige.

Pack Airbag

Ces sacs à dos sont conçus pour se gonfler lorsque l’on tire sur le cordon de sécurité, créant ainsi un sac gonflable à expansion rapide qui vous aide à rester au-dessus de la neige et à créer de l’espace autour de vous au cas où vous seriez entièrement recouvert par l’avalanche. Cet espace supplémentaire peut vous fournir une quantité d’air cruciale que vous pourrez respirer en attendant les secours.

Il est fortement recommandé de suivre une formation officielle sur l’utilisation de l’équipement de sécurité en cas d’avalanche et sur la sécurité générale en cas d’avalanche. Si le moment vient où vous devez l’utiliser, vous serez en mesure de le faire correctement et efficacement.

Que faut-il emballer ?

Faire ses valises pour une sortie en raquettes est similaire à faire ses valises pour une randonnée d’une journée pendant les mois les plus chauds de l’année. La seule différence est que les conditions sont plus extrêmes en hiver (pouvant entraîner des gelures, de l’hypothermie, une pneumonie, etc.), ce qui peut rendre les choses plus dangereuses si vous n’êtes pas préparé.

Portez :

  • Montre GPS
  • Balise de localisation personnelle
  • Allumettes ou briquet
  • Conteneur étanche
  • Couteau ou multi-outil
  • Un matelas de couchage isolé pour les urgences et pour s’asseoir confortablement

Conseils pour les randonnées d’hiver

Quel que soit l’itinéraire de votre randonnée, voici quelques conseils que tous les amateurs d’hiver devraient prendre en considération :

  • Ayez toujours sur vous une carte, un guide des sentiers et une boussole. Faites des photocopies pour ne pas avoir à porter un livre lourd.
  • Assurez-vous d’avoir tout ce dont vous avez besoin pour rester au sec, au chaud, nourri et bien hydraté, quel que soit le temps ou si vous n’arrivez pas à destination.
  • Emportez une trousse de premiers secours.
  • Vérifiez le temps qu’il fait avant de quitter votre domicile. Assurez-vous que votre trousse de jour contient tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour rester en sécurité si le temps change soudainement.
  • Faites savoir à quelqu’un où vous allez et quand vous comptez revenir.
  • Emportez des guides de la faune et de la flore pour vous aider à mieux apprécier la nature.
  • Respectez les fermetures et les restrictions des sentiers et des zones. Celles-ci sont souvent mises en place pour protéger les randonneurs et la faune sauvage de tout dommage mutuel ou pour réhabiliter des écosystèmes délicats.

Conseils pour l’endurance en hiver

Éviter l’épuisement et les frissons

Fait : la randonnée en hiver est plus éprouvante que celle des autres saisons. Entre le fait de devoir lever les genoux plus haut et de planter soigneusement chaque pas pour éviter de glisser sur la glace ou de faire des faux pas, votre corps travaille aussi constamment à réguler votre température centrale pour vous empêcher de geler.

Conseil : restez nourri et hydraté tout au long de la journée. Les en-cas riches en matières grasses et les barres énergétiques sont efficaces pour donner à votre corps l’énergie dont il a besoin pour continuer à bouger. Comme certains aliments gèlent au froid, gardez-les dans une poche intérieure, en utilisant la chaleur de votre corps.

Contrecarrer l’air sec

Fait : Il est plus facile de se déshydrater en hiver en raison du faible taux d’humidité ̶ c’est tout cet air froid et sec !

Conseil : Buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée même si vous n’avez pas soif et gardez votre bouteille d’eau dans une chaussette en laine pour éviter le gel !

Bloquer le soleil

Fait : Le soleil se reflète sur la neige pour créer des conditions difficiles pour vos yeux et votre peau.

Conseil : Appliquez un écran solaire sur la peau exposée pour vous protéger du soleil et du vent, et portez des lunettes de soleil pour protéger vos yeux.

Traverser en toute sécurité

Fait : le niveau de l’eau de certaines rivières sera plus élevé plus tard dans la journée, à mesure que le réchauffement du soleil fera fondre la neige.

Conseil : essayez de traverser les rivières plus tôt dans la journée pour faciliter le voyage.

Commencez toujours tôt

Fait : la neige est plus dure/plus gelée le matin en raison des températures plus basses pendant la nuit. Il est donc plus facile de traverser la neige sans y plonger (posthume).

Conseil : commencez votre randonnée tôt pour éviter de « patauger » dans la neige plus tard dans la journée.

1 commentaire sur “Randonnée hivernale”

  1. Ping : Les bienfaits de la marche nordique pour la santé et la forme physique |

Laisser un commentaire