Le métier de Guide et d’Accompagnateur en Savoie

metier de guide et accompagnateur

Le métier de Guide

Un beau métier, qui fait rêver et qui existe depuis 1786 avec l’ascension du Mont Blanc par le docteur Paccard (client) et le guide Jacques Balmat. La première organisation qui regroupe les guides de haute montagne a été la Compagnie des guides de Chamonix en 1821.

En Savoie, le métier est exercé depuis le XIXème siècle avec la conquête des sommets de Vanoise. La création de la Compagnie des Guides de la Vanoise en 1876 marque un événement important dans l’organisation des guides savoyards. Depuis cette compagnie regroupe en amicale des bureaux des guides où, sur le terrain, l’organisation du métier est effective, avec des bureaux d’accueil de la clientèle.

En 2001, l’essentiel des professionnels de la montagne de Maurienne se sont regroupés au sein de la compagnie des guides de Savoie-Maurienne dont l’appellation commerciale et usuelle est Bureau des guides de Savoie-Maurienne. C’est une des compagnies de guides dont le fonctionnement est intégré et effectif en termes d’organisation du travail des guides (comme la Compagnie de Chamonix ou de St Gervais, par exemple ; les autres compagnies des Alpes (Vanoise, Oisans, Mercantour, Pyrénées etc…) sont des amicales qui regroupent des bureaux de guides).

Les prérogatives des guides sont larges : ils peuvent exercer la randonnée, l’alpinisme sous toutes ses formes, l’escalade, le ski hors-piste, le ski de randonnée dans le monde entier. Certains sont titulaires d’une qualification pour le canyoning, d’autres pour le VTT.

Formation : la formation spécifique au métier est assurée par l’école nationale de ski et d’alpinisme à Chamonix.

Montagnes, Cosmiques Ridge, Alpinisme

Cette école nationale forme les futurs guides aux techniques du métier, elle ne forme pas les jeunes en alpinisme, en escalade ou en ski. Les jeunes doivent être « au niveau » dans toutes ses disciplines, réussir leur probatoire d’entrée à l’examen et alors et alors seulement, ils sont pris en charge par l’école nationale. Ils deviennent aspirant guide, sont suivis par un tuteur et enfin réussissent leur examen final de guide de haute montagne. Ils sont 40 à 60 à réussir leur examen chaque année. On compte actuellement environ 1500 guides en exercice en France.

Tous sont regroupés au sein du Syndicat national des guides de montagne : SNGM, qui lui-même fait partie de l’Union Internationale des guides de Montagne, l’UIAGM.

Pour acquérir le niveau technique personnel, il n’y a pas d’autre alternative que de s’entrainer des années à toutes ses pratiques. Il existe quelques filières (assez rares) de formation des jeunes : le lycée professionnel de St Michel de Maurienne forme les jeunes aux métiers de la montagne parallèlement à des métiers techniques du bâtiment.

Le lycée de Moutiers forme les jeunes aux métiers de la montagne dans le cadre d’une filière générale de lycée. Certains organismes professionnels, tels que les CRET organisent des stages de formation ou des formations spécifiques. Dans tous les cas, un niveau minimum en escalade, en alpinisme et en ski est requis.

Ceux dont les familles ne pratiquent pas et qui souhaitent découvrir ces pratiques peuvent se tourner dans un premier temps auprès du Club Alpin Français de leur région ; il existe aussi des clubs d’escalade organisés par la fédération française de la montagne et de l’escalade dans toutes les régions de France.

Le métier d’Accompagnateur

Le diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne (brevet d’état d’alpinisme 1er degré) permet d’aborder toutes les facettes de l’accompagnement en montagne.

Pour peu que l’utilisation de matériel technique ne soit pas nécessaire, l’accompagnateur pourra vous accompagner et vous faire découvrir les facettes cachées de son milieu:

sorties à thèmes pour aller voir les animaux, les marmottes, les bouquetins, sortie en milieu humide avec marche dans l’eau en ruisseling, sorties à caractère culturel et patrimonial (en Maurienne: visite des forts de l’Esseillon, du patrimoine archéologique, des églises), sorties à caractère écologique et environnemental dans les parcs nationaux, soirées gastronomiques, pique-nique et sommets plus engagés à plus de 3000 m d’altitude.

L’hiver, les accompagnateurs sont habilités à encadrer des sorties en raquettes sur des terrains vallonnés de type nordique.

Certains accompagnateurs engagent des formations avec des spécialisations : patrimoine pour certains, ou VTT pour les mordus de vélo…

Formation :  après un test technique qui portent sur l’aisance de la marche en terrain varié, sur l’endurance et l’orientation (avec une grande sélection en orientation) et sur la connaissance du milieu montagnard. Des stages évaluent les candidats

Après des unités de formation (connaissance milieu montagnards, raquettes), un stage en bureau des guides et un examen final, le brevet d’état est finalisé.

Les accompagnateurs en montagne sont regroupés au sein du SNAM (Syndicat national des accompagnateurs en montagne)

Pour acquérir le niveau technique personnel, il n’y a pas d’autre alternative que de s’entrainer en orientation par ses propres moyens. Il existe quelques filières (assez rares) de formation des jeunes : le lycée professionnel de St Michel de Maurienne forme les jeunes aux métiers de la montagne parallèlement à des métiers techniques du bâtiment.

Le lycée de Moutiers forme les jeunes aux métiers de la montagne dans le cadre d’une filière générale de lycée. Certains organismes professionnels, tels que les CRET organisent des stages de formation ou des formations spécifiques.

Laisser un commentaire