histoire marche nordique
histoire marche nordique

Un début en Finlande

La marche nordique est un sport moderne qui a débuté en Finlande.

Depuis des décennies, dans les années 1900, les athlètes finlandais s’entraînaient au ski de fond d’hiver en marchant l’été avec seulement les bâtons de ski (ils l’appelaient « ski-walking ») et les gens marchaient et faisaient des randonnées en plein air avec des bâtons.

En 1966, une femme nommée Leena Jäääskeläinen (1939 – ), professeur de gymnastique à Viherlaakso, Helsinki, Finlande, a commencé à utiliser la « marche avec des bâtons de ski » pour les séances d’éducation physique des élèves. Plus tard, en tant que membre de la faculté d’éducation physique de l’Université de Jyväskylä, en Finlande, elle a continué à promouvoir l’exercice avec des bâtons. En 1987, elle a présenté pour la première fois ses idées d’exercices de marche avec des bâtons en public lors de la Finlandia Walk (« Finlandia kävely ») à Tampere, Finlande, et ses idées ont été remarquées par la Finnish Central Association for Recreational Sports and Outdoor Activities.

A la même époque, un homme, Mauri Repo (1945-2002), promeut également l’exercice avec des bâtons de ski et publie en 1979 un livre intitulé « Hiihdon lajiosa » en finnois (« méthode d’entraînement au ski de fond » en anglais), qui décrit les méthodes pour s’entraîner au ski de fond toute l’année. On pense que ce livre a influencé la littérature et la pensée qui a suivi.

L’Association centrale finlandaise pour les sports récréatifs et les activités de plein air, ainsi que l’Institut des sports de Vierumaki, Finlande, ont commencé à expérimenter cette activité en vue de la promouvoir.

Une possible influence secondaire de l’Amérique

Dans les années 1970, le terme nordique prenait conscience de l’esprit en Amérique du Nord. En 1972, l’équipe de hockey de la LNH appelée les « Nordiques du Québec » est formée.

Plus tard dans les années 1970, un homme du Minnesota, Edward Pauls, inventa et commença à vendre un tapis roulant d’entraînement de cross-country intérieur qu’il appela « Nordic Track « 1.

Et en 1985, dans le Wisconsin, aux États-Unis, un homme nommé Tom Rutlin a commencé à promouvoir la marche sur poteaux. En 1988, il a officiellement baptisé son activité « Exerstriding » et a commencé à vendre commercialement des bâtons pour cette activité. Il a reçu une certaine attention médiatique au début des années 1990, notamment dans la revue Esquire Germany (juillet 1989), Better Homes and Gardens (avril 1993), août 1993 (Woman’s World) et New York Times (octobre 1993)2.

En août 1992, la société Nordic Track a lancé ses propres bâtons de marche, appelés « Power Poles », et a appelé l’activité « Exerscience « 3.

Les deux bâtons ont été conçus pour la marche, mais ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de bâtons de marche nordique ne l’était pas non plus.

La mesure dans laquelle les développeurs finlandais étaient au courant des efforts américains reste un sujet de discussion aujourd’hui. David Downer, passionné de marche nordique, estime que les développements américains ont eu plus d’influence qu’il n’est ouvertement reconnu par la partie finlandaise.

La suite du récit en Finlande

En 1994, Marko Kantaneva, étudiante universitaire en éducation physique et en sport, a commencé à enseigner la marche à bâtons à l’Institut sportif de Vierumaki, en Finlande.

En 1996, Tuomo Jantunen, directeur de l’Association centrale finlandaise pour les sports récréatifs et les activités de plein air, a, avec d’autres, travaillé à la mise au point de poteaux spéciaux pour l’exercice sur poteaux. Ils l’appelaient « la marche sur poteaux » (alias « Sauvakävely » en finnois, « kävely » signifiant « marcher »). L’une des personnes qu’il a emmenées à bord était Marko.

Ils avaient une idée qu’ils voulaient des poteaux spécialement développés pour cette activité, alors ils ont demandé à une entreprise finlandaise appelée Exel de venir à la table et de travailler avec eux.  Entre autres choses, Exel fabriquait de l’équipement de ski de fond. Non seulement Exel possédait déjà une expertise dans le domaine général de la fabrication de bâtons, mais en raison d’un réchauffement des hivers à l’époque et d’une diminution de l’intérêt du public pour le ski de fond d’hiver, Exel était très heureux de développer un nouveau débouché pour son expertise dans la fabrication de bâtons de ski.

Plus de 30 paires de prototypes de bâtons de marche ont été développés par Exel et testés en collaboration avec les instituts de fitness. Marko était un agent de liaison clé avec l’entreprise. Les tests avec les athlètes ont immédiatement montré les avantages des bâtons en général pour la fréquence cardiaque, la circulation, les jambes et les muscles du haut du corps, et en avril 1997, les deux instituts ont publié conjointement une brochure décrivant leurs résultats à ce jour. Ils ont également soutenu Exel, leur partenaire du secteur privé, en tant que fabricant des poteaux.

Les pôles qu’ils ont proposés présentaient plusieurs caractéristiques déterminantes :

  • Les bâtons différaient des bâtons de ski ordinaires en ce que les pieds étaient conçus avec un angle vers l’avant pour mieux convenir à la technique de marche préconisée. Les bâtons ont été raccourcis par rapport aux bâtons de ski de fond réguliers  » pour compenser le fait que l’athlète, sans skis, a une foulée plus courte « .5
  • Marko écrivit plus tard : « Trois tailles standard ont été proposées. J’ai préparé un tableau dimensionnel basé sur la hauteur des marcheurs de 1,5 m jusqu’à 2 m. Les bâtons à ma disposition avaient trois longueurs différentes. Je les ai déterminés à 120 cm, 125 cm et 130 cm. Cet écart de taille, qui est basé sur nos tests, est toujours utilisé pour la sélection des bâtons de marche nordique.6
  • Les bâtons étaient munis de sangles pour permettre aux marcheurs de maintenir une tenue plus détendue sur les bâtons, afin d’éviter les douleurs musculaires des épaules.
  • Parallèlement, Exel a également développé le chausson en caoutchouc pour les bâtons : « L’étape suivante dans le processus de développement de produits d’Exel a été la création d’une patte en asphalte. Une patte en caoutchouc attachée à la pointe du poteau permettait de pratiquer la marche nordique en ville sur les routes asphaltées « 7.

Ils se sont concentrés sur la promotion de l’activité d’abord en Finlande, en tant que projet pilote, afin de l’établir. Dès le début, il a été promu comme une activité de santé. À l’automne 1997, la première émission de télévision sur ce nouveau sport a été diffusée. Peu de temps après, des activités de marche aux poteaux ont été organisées en réponse à l’intérêt suscité. Peu de temps après, l’Association finlandaise du cœur et l’Association héli pulmonaire ont commencé à demander des cours de formation polyvalente.

Lorsqu’est venu le temps de promouvoir à l’étranger leurs nouveaux bâtons et l’activité pour eux, la société Exel a décidé de donner le nom de « Marche nordique ». Exel a lancé ses premiers bâtons « marcheur nordique » en 1997. Exel appelait d’abord les bâtons « Walker », puis plus tard « Nordic Walker ».

« Pour se faire accepter dans le monde entier, la société Exel a baptisé le sport « marche nordique » et les bâtons de marche de la marque ont été changés de « marcheur » à « marcheur nordique ». Même nous avons été surpris de la facilité avec laquelle les mots Nordique et marche nordique ont été acceptés dans les pays où nous avons été importés. Ils semblent évoquer les associations que les gens entretiennent avec le Nord, les pays nordiques, l’air pur, la nature pure, un mode de vie sain. Il a été assez facile de transmettre ces idées aux gens.

En dehors de la Finlande, la marche nordique a d’abord été introduite en Suède et au Danemark, puis en Suisse, en Autriche et en Allemagne, puis en Pologne et en Slovaquie.

2000 – Fondation de l’Association internationale de marche nordique.

2004 – On estime à 3,5 millions le nombre de marcheurs nordiques en Europe.

2013 – On estime à 10 millions le nombre de marcheurs nordiques en Europe.

Catégories : Conseils

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *