Pâques et le Printemps, une invitation à renaître à la vie...

Une nouvelle porte s'ouvre....
Nous venons de vivre la période de Pâques, l'équinoxe de printemps. Période de renouveau où la vie reprend, où tout recommence, où l'on peut débuter quelque chose de nouveau, avec la magie du commencement.

Pour moi ce sont de nouveaux projets qui ont germé dans ma tête ces derniers mois, et qui vont petit à petit se concrétiser.

Je n'ai pas encore pu reprendre le cours normal de la marche, mais ce n'est pas grave. Pour l'instant, je marche à mon rythme sur un petit sentier tranquille, qui se faufile entre l'ombre de la forêt et la lumière d'une belle prairie fleurie.

Je ne vais pas vite, je suis en mode slow. Mais peu importe, je suis en mode Flower Power. C'est à dire que je prends le temps de contempler tous ces bourgeons qui sont en train d'éclore, la magie de cette palette de couleurs qui vient colorer la nature, à la façon d'un peintre impressionniste.

J'appelle cela le pouvoir des fleurs. Elles n'ont besoin que de lumière, de terre et d'eau pour créer une beauté simple et authentique :






Je me réjouis de savoir que mes amies marcheuses ont parcouru hier soir 8km avec une pensée pour moi. Je me réjouis de leur avoir transmis cette amour du beau et du bien, de prendre soin de soi en se ressourçant à la source de Dame Nature.

J'en ai traversé des tempêtes, à la rencontre de mes blessures et des peines. Mais j'ai laissé ma tristesse et ma colère en route, sur le bord du chemin. J'ai ouvert mon coeur à la Joie et j'ai appris le pardon et la gratitude.

J'ai aussi appris à faire des choix, à dire non, et à suivre mon chemin, ne pas me laisser détourner par un éclat trompeur. Je me réjouis d'avoir emmené quelques ami-es sur mon chemin et je suis sûre que dans quelques mois, nous serons encore plus nombreuses à reprendre notre route, ensemble, pour aller plus loin, mais pas forcément plus vite sur le chemin de la VIE.

Je vous laisse avec ce texte emprunté à Caroline Gauthier, Auteur du Roman " Au Nom du Corps ", qui évoque bien ce que j'ai pu vivre au travers de ma blessure, qui m'a permis de plonger au coeur de la douleur, pour mieux la comprendre, l'apprivoiser et la transformer pour donner naissance à une nouvelle VIE, une nouvelle liberté.



LE PARDON :
Pour pardonner il lui fallut d'abord traverser.
Devant son coeur blessé, tout le monde lui disait : " il faut pardonner ".
Elle essayait, mais rien ne se passait !
Elle continuait à sentir le ressentiment et la colère qui la rongeaient...
Était elle mauvaise, de ne pas y arriver ?
Était-ce si facile comme les autres le prétendaient ?
Mais elle finit par comprendre une chose essentielle...
Elle sut qu'on ne peut pardonner avec sa tête, que cela ne pouvait se faire sur une simple requête.
C'était un processus qui n'était pas une affaire de volonté, cela maintenant elle en était persuadée.
Elle comprit que pour pardonner, il fallait plonger au coeur de sa douleur et au-delà de sa peur ; qu'il fallait qu'elle fasse face au chagrin de sa blessure pour ôter ses armures.
Elle savait que tout ceci allait lui demander du courage que de rencontrer sa rage...
Il ne suffisait pas de juste dire tait-toi à ses ressentiments !
Il fallait qu'elle les vive dans sa chair pour les transmuter pleinement !
Elle a alors fait face pendant des jours, des mois et des années, à ses colères et à ses tristesses provenant d'abandons, de rejets et de trahisons passés.
Elle les a sentis dans le profond de sa chair et derrière la moindre cellule de son corps meurtri et pétri.
Elle pleura à chaudes larmes toutes ses tristesses et fit fondre une à une les barrières de sa forteresse.
Elle vécut toute la palette des émotions pour faire le deuil de la situation...
Et un jour le pardon drapé de blanc fit son entrée sans crier gare dans sa vie comme un prince charmant...
Son coeur s'ouvrit alors à l'amour comme un diamant...
Et, elle put dire à ceux qui l'exigeaient que le pardon n'était donc pas une affaire de volonté, mais une traversée...
Elle put soulager ceux qui culpabilisaient de ne pas y arriver.
Car le pardon est un long processus, un chemin, un accouchement, une initiation, loin des affres de la raison.
C'est un processus qui demande du courage, de le bravoure et beaucoup d'amour et de bienveillance pour celui qui l'entame un beau jour.
Mais ce voyage périlleux en vaut la chandelle !
Car aujourd'hui, grâce au pardon plus personne n'était exclu de son coeur, même quand elle vivait des malheurs...
Elle était pour une fois libre et ne transportait plus ses blessures dans son futur.
Elle n'était plus non plus la prisonnière de son passé...
Elle marchait le coeur ouvert et incluait en son sein tout ce que la vie lui présentait...
Elle savait que c'était cela la vraie liberté.
Caroline Gauthier
Auteur du Roman " Au Nom du Corps "

Aucun commentaire