J'en ai traversé des tempêtes



Cette semaine a été bien chargée en émotions, en découvertes, en joies et en doutes. Paris (ou Rome) ne s'est pas fait en un jour. C'est à force de travail et de ténacité que l'on arrive à surmonter les obstacles que l'on rencontre sur sa route,  mais aussi que l'on réalise ses rêves. Cette semaine a été intense en réflexion, mais aussi en travail, physique avec la rééducation, mais aussi créatif pour arriver à imaginer un nouveau demain, plus harmonieux, respectueux et bienveillant.

Cette semaine, la Joie a ainsi fait place au doute et à la tristesse en réalisant les petites victoires remportées, mais aussi en vivant de jolis instants de partage avec les belles personnes rencontrées sur mon chemin.

Cette semaine, entre éclipse solaire et équinoxe de printemps les énergies ont été bouleversantes, perturbantes mais aussi purifiantes et régénérantes. Je ne renie pas mon passé, je ne regrette pas les tempêtes, je n'oublie pas ma blessure, mais je m'en sers pour puiser en lui, en elles les ressources nécessaires pour repartir plus vivante et aller de l'avant.

Je vais me délester de certains fardeaux, garder les réalisations qui m'ont procuré de la Joie et de l'émotion pour essayer à nouveau, reprendre ma route. Je rêve d'un monde meilleur, j'ai été déçue par des promesses n'ont tenues, mais c'est en agissant que l'on peut construire l'avenir.

Qu'à cela ne tienne, c'est en allant de l'avant, en marchant, en agissant et en essayant encore et encore que nous pourrons avancer ensemble, vers ce à quoi nous aspirons tous, au plus profond de notre Coeur. Vivre en harmonie avec l'Homme et la Nature, avec respect et bienveillance.

En cela, la marche (avec ou sans bâtons ;-) ) est le plus sûr moyen d'avancer, libre de toute contrainte et de toute règle, en se laissant guider par le vent ou le courant. Merci à mon groupe de marcheuses qui ont repris le chemin cette semaine, qui ont repris la marche, sans moi mais pour et avec moi, pour nous. Carpe diem.

                                 A bientôt sur les chemins de Nordic'nature, pour de nouvelles aventures...

Tout ce que je sais, c'est que je ne sais pas....

Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis...
Depuis une semaine, face à mes incertitudes sur l'avenir, je ne savais qu'une seule chose, c'est que j'allais écouter ma petite voix intérieure qui me disait de laisser le temps au temps, et de laisser à mon corps la possibilité de se reconstituer, de se régénérer.

Malgré de nombreux avis, dont celui initial de mon médecin, j'avais pris la décision de ne pas me faire opérer du genou. Par la pratique de la méditation, du yoga, de l'écoute de soi, mais aussi bien sûr de la rééducation avec mon kiné, je voulais laisser à mon genou la chance de se réparer par lui même. Je savais que l'opération du genou est une opération lourde, qui prend des mois avant de retrouver mobilité et une fonctionnalité complète.

Je savais aussi depuis le début que cet accident était l'occasion de faire le point, de me recentrer, de faire une pose et de me poser les bonnes questions quand à mon avenir. Je savais que je devais me débarrasser de certaines choses pour pouvoir repartir, de faire un grand nettoyage, de me reconnecter avec moi-même et de raviver cette flamme qui s'était peu à peu éteinte.

Je savais sans savoir, car laisser partir certaines choses, renoncer, prendre des virages n'est pas chose facile. Cette remise en question comporte des doutes et des incertitudes. Mais je savais aussi que je devais me débarrasser de certaines zones d'ombres, du poids du passé, de ressentis négatifs pour pouvoir avancer vers la lumière.

Ouvrir des portes, sans savoir ce qu'il y a derrière
Face à cette incertitude, à ces doutes  j'avais choisi de me couper du monde, de me laisser porter et guider par les opportunités qui se présentaient à moi. Cinéma, lecture, peinture, écriture,... depuis quelques semaines, j'écoute, je regarde, j'observe, je guette les signes qui pourraient me conforter dans ma démarche, j'écoute ma voix intérieure qui me guide sur ma nouvelle voie.

Cette semaine, entre Le Dernier Loup et Birdman, entre interrogation sur les agissements de l'homme à vouloir dominer la nature et les loups, et celui d'un acteur avide de reconnaissance et de pouvoir, je fut servie quand à l'importance des ego qui gouvernent le monde.

Ce que je sais c'est que je suis émue face à la beauté de la nature, la grandeur d'un sommet, l'infini de l'océan.
Ce que je sais c'est que je suis en quête d'harmonie et de lumière, de création et de bienveillance, pour la nature et l'homme.
Ce que je sais, c'est que j'ai besoin de me reconnecter à mes émotions, mes rêves d'enfant, mes instincts primaires, loin de toutes les certitudes véhiculées par l' éducation, la société de consommation, les médias.

Ce que je ne sais pas c'est où tout cela va me mener, mais j'y vais en toute confiance et en faix avec moi-même.

La confirmation de mes intentions
C'est donc avec l'intention de ne pas me faire opérer que je me rendais chez mon chirurgien, ce mardi 17 mars. Cela je le savais, mais ce que je ne savais pas, c'est que mon médecin serait du même avis.

Quelle ne fut pas ma Joie, lorsqu'après examen de mon genou, il m'expliquait qu'aussi incroyable que cela puisse paraître, il ne jugeait plus l'opération nécessaire. Mon genou et peut être même mon ligament s'était consolidés tous seuls. Il n'y avait aucun jeu, aucune laxité dans mon genou.

Tout ceci était la confirmation de ces deux mois et demi de réflexion, d'instropection, de chemin vers ma lumière intérieure. J'avais fait confiance à ma petite voix intérieure, je m'étais efforcée de faire accepter mes choix, j'avais appris la patience et l'écoute, la persévérance et la sagesse.

Renaître avec confiance et gratitude
Aujourd'hui, quitte à passer pour une illuminée, je considère cet accident comme un cadeau de la vie. Il m'a permis de remettre les pendules à l'heure, de me reconnecter, de faire le point, de repartir sur de nouvelles bases, une nouvelle vie emplie de gratitude et de confiance. Ma guérison coïncide avec le printemps, le renouveau, l'éveil, avec en plus cette petite étincelle magique qui nous permet de grandir sans peur et avec joie, tel la fleur qui pointe le nez hors de son bourgeon au sortir de l'hiver.

En toute humilité, ici et ailleurs, sur les chemins, j'aurai toujours en mémoire cette épreuve, pour faire je l'espère des choix lumineux pour éclairer notre parcours, votre parcours, sur le chemin de la vie, de la paix intérieur, de l'amour et de la joie.

Le 29 décembre, je suis tombée, j'ai laché prise, je savais que ma vie allait changer, je savais pourquoi, mais je ne savais pas comment. Aujourd'hui, je ne sais toujours pas où je vais, mais j'avance avec confiance et conscience que la vie est faite d'apprentissage, de partage, de sincérité et de simplicité.

A bientôt sur les chemins de Nordic'nature, pour de nouvelles aventures...

Envie de lectures inspirantes et bienveillantes : Happinez et Flow

Et en cadeau bonux, un hommage à la nature et à la beauté envoutante des fleurs qui éclosent...


Flowers from Thomas Blanchard on Vimeo.

Je voyage pour vérifier mes rêves....



Voici mon petit rendez-vous du mercredi... en effet, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis le mois de janvier et mon accident, je m'attache à écrire chaque semaine, un article pour faire partager mes humeurs, mes questions, mes réflexions, mon avancé sur le chemin de la guérison, mais aussi sur celui de la vie.

Ces articles sont une façon de travailler et de réfléchir sur cet accident qui n'est pas anodin. Derrière chaque difficulté se cache quelque chose de bien, j'en suis sûre. Ces articles sont guidés par des thématiques, des points de repère que je vous dévoilerai en fin de parcours....quand serai-je au bout de ce chemin, quand verrai-je la lumière, nul ne sait. Pour l'instant je suis le flux de la vie, sans objectif, sans but précis.

Suivre le cours d'eau, guidée par la lumière...


J'écoute mon coeur et mes envies, je me fixe des petits challenges certains jours, et si je ne les atteins pas c'est qu'il y a eu d'excellentes raisons. Surtout point de culpabilité. Ainsi, aujourd'hui j'avais prévu de marcher 2km, comme chaque jour m'étais-je dit. Et puis voilà, j'ai passé plus de temps que prévu avec mon amie qui me chouchoute (Institut de Beauté Baléora - un peu de pub, car je les adore), nous avons passé 3 heures extra, et puis après je n'avais plus le temps, ni l'envie de marcher. Alors j'ai décrété que finalement le mercredi était un jour de repos pour les enfants, et donc pour moi aussi !

S'arrêter et contempler un coucher de soleil
Paul Coelho écrit que le vie est un voyage et qu'il appartient à chacun de choisir sa façon de le vivre. Soit en se laissant porter par la marée, ou soit en poursuivant ses rêves. Moi je dirai qu'il faut savoir faire les deux, s'adapter, faire preuve de flexibilité et de souplesse, connaître ses limites et s'écouter. Apprendre à dire non, dans les situations qui ne nous conviennent pas, en écoutant sa petite voie intérieure. Certains jours il vaut mieux lâcher prise ou prendre du recul, attendre, ne rien faire, se faire plaisir et d'autres foncer, atteindre son but, relever un petit défi et mettre toute les chances de son côté pour réaliser son REVE !

Je vous livre un petit secret, marcher c'est voyager pour vérifier ses rêves, marcher c'est se laisser porter par le chemin, bifurquer, hésiter entre deux sentier, se perdre, rencontrer d'autres marcheurs, échanger, se laisser surprendre, franchir une rivière ou gravir une montagne et finir par arriver. Où ? Peu importe, la destination finale est la même, seuls l'effort fournit et les étapes diffèrent. On se retrouvera tous un jour au même endroit, tôt ou tard, alors mieux vaut prendre son temps pour ne pas y arriver trop vite !



Comme la bonne nouvelle, c'est que j'ai retrouve un peu de mobilité, j'ai pu marcher 40 minutes d'affilée ces derniers jours et parcourir 2 km... même l'escargot finit un jour par atteindre sa destination, à son rythme. il faut dire que cette phrase lue dimanche en me levant m'avait motivée :

"Marcher, c'est retrouver son instinct primitif, sa place et sa vraie position, son équilibre mental et physique. C'est aller avec soi, sans autre recours que ses jambes et sa tête. Sans autre moteur que celui du coeur, celui du moral." Jacques Lanzmann

BONNE MARCHE A TOUS et A BIENTOT SUR LES CHEMINS.

N'hésitez pas à laisser des commentaires sur le blog, cela me ferait plaisir 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point...pour rester ZEN !

Rien ne sert de courir, il faut partir à point...
Par les temps qui courent, rien ne sert de courir, mieux vaut partir à point. En d'autres termes, et dans mon état, rien ne sert de s'énerver, ni de gesticuler dans tous les sens cela ne mènera nulle part. Et comme je sais que je suis plus tortue que lièvre, il vaut mieux que je prévois un peu plus de temps quand je me déplace, surtout vu les péripéties de la Vie.

J'en ai fait l'expérience mercredi dernier, alors que ma santé ne me le permet pas encore vraiment, j'avais rendez-vous pour un peut être futur projet professionnel. Je gare ma voiture, confiante sous les doux rayons du soleil qui pontaient le bout de leur nez. Je reviens une heure plus tard et là, patatra, ma voiture ne voulait plus démarrer. Panne de batterie. Bloquée seule au beau milieu de Genève à 12h30. Coup de fil, j'appelle mon dépanneur de mari, qui ne pourra venir que vers 15 heures... Je ne m'énerve pas et profite de ce contre-temps  pour aller déjeuner avec une amie qui se trouvait à 10 minutes à pied de là. En béquilles, 30 minutes de galère... mais qu'importe je suis en Vie.

Retour 2 heures plus tard à la voiture un peu en panique, car j'avais oublié de recharger l'horodateur. Ouf pas de nouvelle prune ! La Vie a été clémente avec moi sur ce coup-là, car j'ai oublié de vous dire que j'en avais déjà pris une quelques heures plus tôt après ma séance de kiné, ayant oublié mon disque bleu sur un parking du centre ville de notre charmante ville.

Bilan : Retour à la maison en fin de journée, exténuée par toutes ses péripéties, mais heureuse d'avoir su gérer sans (trop) de stress !
Moralité : Dans la vie, il y a toujours des imprévus, un grain de sable qui vient coincer l'engrenage, il vaut mieux s'y préparer et l'accepter.
La morale de cette morale : Comme me l'a fait comprendre une amie le lendemain : voit un signe dans ta batterie à plat, elle est comme toi...cette destination n'est pas faite pour toi, passe ton chemin. Rien ne sert de dépenser son énergie sur des voies négatives, des chemins sans issue ou semés d'embûches.

.... et qui veut aller loi, ménage sa monture ! 

Zen, soyons zen, et écoutons plutôt le calme de l'esprit et du coeur, laissons l'agitation et les agressions qui nous entourent s'écouler doucement, comme l'eau sur les plumes d'un oiseau. Plus facile à dire qu'à faire me direz-vous mais cela vaut la peine d'essayer, même si ce n'est que quelques instants dans la journée.

Envie d'une lecture zen, créative et inspirante, je vous recommande FLOW


Envie d'une musique zen, écouter ou relisez les paroles de cette magnifique chanson de Zazie.


Un canard dans le café. 
J'ai du mal à digérer, parfois, 
Tous les papiers mâchés 
Qui se prennent à mon filet 
De voix. Pauvre pêcheur, 
Fallait lire entre mes lignes, 
Pas mordre à mes sautes d'humeur 
Même si je n'en suis pas digne. 

Fallait rester Zen. Soyons Zen, 
Du sang froid dans les veines, soyons Zen 
Plus de choc à la chaîne. 
Zen, restons Zen, 
Du calme à la vie comme à la scène, 
Sans amour et sans haine. 

J'suis pas dans l'vent des guignols, 
De ces joueurs en fond de court, 
De ceux qui, pour un p'tit bout d'atoll, 
Sont prêts à larguer les amours, 
Tous ces maîtres-chanteurs 
Qui manquent de coffre et de hauteur. 
C'est facile de compter les erreurs 

  
Quand on ne joue pas la scène. 

L'erreur est humaine. Soyons Zen. 
Du sang froid dans les veines. Soyons Zen 
Plus de choc à la chaîne. 
Zen, restons Zen. 
Du calme à la vie comme à la scène, 
Sans amour et sans haine. 
Zen, Zen, 
Zen, Zen. 

Zen, restons Zen. 
Du sang froid dans les veines, Zen 
Plus de sccop à la chaîne, Zen. 
Idem à la vie comme à la scène, 
Sans amour et sans haine, 
Zen, 
Sans amour et sans haine, 
Zen, 
Sans amour et sans haine, 
Soyons Zen, 
Zen.