Le chemin se construit en marchant


Trois semaines se sont écoulées depuis mon accident, deux depuis les attentats contre Charlie. J'ai l'impression d'avoir vécu un tsunami, d'avoir basculé d'une année à une autre d'une manière violente, brutale, inattendue, sans aucune prise sur ce qui était en train de se passer.

J'aurai pu me révolter, pleurer (bon ok j'ai versé quelques larmes les deux fois), taper des pieds, crier. Mais à quoi cela aurait-il servit, sinon me faire encore plus de mal ? Très vite j'ai senti qu'il fallait que je me protège, que je me pose et me repose, que je profite de ces épreuves pour en tirer des enseignements, pour changer une fois encore ma façon d'appréhender le monde.

Le travail entreprit les mois qui ont précédé ces événements m'y a préparé. Bien sûr, je ne savais pas que ce travail serait mis en application d'une façon aussi soudaine.

Mais je dois me rendre à l'évidence, la vie nous confronte à des obstacles inattendus, à des mises à l'épreuve qui sont une façon de consolider d'une manière pratique les enseignements théoriques que l'on a reçu.

Un voyage intérieur
Je m'explique, voilà des années, que j'expérimente ou pratique, c'est selon les moments, la sophrologie, la marche nordique, la méditation pleine conscience, la relaxation et le yoga.
Tout cela dans un but de recherche d'équilibre et d'harmonie entre le corps, l'esprit et l'âme. Mes deux citations favorites sur ce site ne sont t'elles pas "Un esprit sain dans un corps sain" et "il faut soigner le corps pour que l'âme s'y plaise." ?
Tout cela sans avoir vraiment compris que j'avais entrepris, il y a quelques années déjà, un voyage intérieur, spirituel sur le chemin de la paix intérieure, du bonheur et de la liberté.

A l'aube de cette découverte, consciente que je ne suis qu'au début de mon apprentissage, je profite de cette pose pour le poursuivre. Lire, me documenter, écouter, regarder avec sérénité, pratiquer avec régularité, apprendre avec humilité, jour après jour.

En effet, je m'efforce de cultiver cette vertu qui permet de progresser parce qu’elle est la seule à nous permettre de rester un débutant toute notre vie et de nous émerveiller de tout ce qui se présente à nous.

"Celui qui a la prétention d'enseigner ne doit jamais cesser d'apprendre. " John Cotton Dana

De la nature à sa Nature
Sur les chemins de marche nordique, j'ai regardé, écouté, je me suis émerveillée devant Mère Nature, saison après saison. Je n'avais pas encore réalisé que j'allais sans le savoir à la rencontre de ma vraie nature. Voici une des révélations de mes lectures du moment (cf ci-dessous), j'y reviendrai très bientôt sur ce site, qui je vous le révèle déjà va évoluer, en même temps que ma guérison.

"Socrate nous exhorte à nous connaître nous-même. Se connaître soi-même, c'est connaître son propre corps, son esprit et son âme. Le voyage intérieur vous permettra d'explorer et d'intégrer chacun de ces aspects de votre être."

Je terminerai par cette phrase de Daniel Desbiens "Arrêter d'apprendre, c'est arrêter de vivre". Chaque jour de ma vie, je m'efforce d'apprendre, et au travers de ce blog et de la marche nordique (quand je pourrai reprendre mes cours), je partage mon expérience, mon chemin avec tous ceux qui sont sensibles à mon message de paix et de tolérance vis à vis de soi-même, et des autres, de sa nature et de la Nature.

Mes références du moment :
J'apprends le Yoga (André Van Lysebeth)
Les bases de la respiration - pranayama et des postures - asana pour apprendre le Yoga.

La Voie de la Paix intérieure (B.K.S Iyengar)
Un grand maître yogi qui livre sa philosophie du yoga à l'adresse des chercheurs spirituels.

Les vertus de l’humilité - (source blog de Matthieu Ricard)
Écrit le 1 septembre 2014
L’humilité est parfois méprisée, considérée comme une faiblesse. La philosophe Ayn Rand proclame : « Rejetez l’humilité, ce vice dont vous vous couvrez comme d’un haillon en l’appelant vertu. »* Pourtant, l’orgueil, exacerbation narcissique du « moi », ferme la porte à tout progrès personnel, car pour apprendre il faut d’abord penser que l’on ne sait pas. L’humilité est une valeur oubliée du monde contemporain, théâtre du paraître. Les magazines ne cessent de donner des conseils pour « s’affirmer », « s’imposer », « être belle », paraître à défaut d’être. Cette obsession de l’image favorable que l’on doit donner de soi est telle que l’on ne se pose même plus la question de l’infondé du paraître, mais seulement celle du comment bien paraître. Pourtant, comme l’écrivait La Rochefoucauld : « Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes que d’essayer de paraître ce que nous ne sommes pas. »

La plupart des gens associent l’humilité au manque d’estime de soi et de confiance dans ses propres capacités, quand ils ne l’assimilent pas à un complexe d’infériorité. Ils méconnaissent les bienfaits de l’humilité, car si la suffisance est l’apanage du sot, l’humilité est la vertu de celui qui mesure tout ce qui lui reste à apprendre et le chemin qu’il doit encore parcourir. Les humbles ne sont pas des gens beaux et intelligents qui s’évertuent à se persuader qu’ils sont laids et stupides, mais des êtres qui font peu de cas de leur ego. Ne se considérant pas comme le nombril du monde, ils s’ouvrent plus facilement aux autres et sont particulièrement conscients de l’interconnexion entre tous les êtres.

* Rand, A. (2006). La Révolte d’Atlas, Éditions des Travailleurs, 2009, p. 1636.

2 commentaires

  1. Magnifique Pascale ! Un très beau partage de ton expérience: lumineux parce que empli d'amour, d'émerveillement et de sagesse. De mon point de vue (petit exercice pratique d'humilité).
    Depuis que je te connais j'ai senti une irradiance de plus en plus forte et joyeuse se développer autour de toi, et je comprend maintenant que c'est le reflet de ce parcours dont tu parles. Alors bonnes découvertes sur ce chemin qui te conduit au cœur de toi même, et de l'univers.

    RépondreSupprimer