Trans Trièves, un marathon nordic sur deux jours pour découvrir en douceur un territoire authentique

Une rando nordic itinérante de deux jours en Trièves

Il y a deux mois quand j'ai reçu l'invitation de Pascal Lluch à participer à la 2ème édition de la Nordic Trans Trièves, promettant une découverte conviviale et sportive d'un territoire grandiose et authentique,  je n'ai pas hésité une seconde.


Un écrin, entre Vercors

Pour avoir souvent traversé le Trièves en voiture, sans jamais m'y arrêter, sans prendre le temps de le connaître, j'ai saisi l'opportunité de partir à la rencontre d'une région et de ses habitants, de la plus belle manière, en marchant. Deux jours de marche, soit 42 kilomètres parcourus entre Monestier de Clermont et Mens le premier jour, puis de Mens à Clelles le second. Deux jours d'itinérance pour partir à la découverte d'un territoire d'une richesse incroyable au niveau patrimonial, culturel et écologique.

et Dévoluy

Un véritable terroir authentique
Notre pays recèle d'incroyables pépites, et le Trièves lové entre Vercors et Devoluy mérite que l'on s'y arrête pour faire connaissance. Cette terre enclavée qui semble au bout du monde et au milieu de nulle part, a su protéger ses populations au fil de l'histoire, faire émerger une agriculture et un commerce florissant à proximité des grands axes d'échanges entre Grenoble et Gap, Grenoble et Sisteron, avant qu'il ne décline avec l'exode rural du siècle dernier.





Ses habitants attachés à leur territoire, que l'on devine de caractère, s'évertuent à mettre en place une nouvelle société durable entre transition énergétique, développement durable et agro-économie. A l'image de ces vignerons qui, tels d'irréductibles gaulois, défient les normes et les lois depuis une dizaine d'années pour imposer leur vignoble "conservatoire" en Trièves.

Une nature préservée à énergie positive
Pendant ce temps, d'hardis défenseurs des paysages naturels freinent le développement des voies modernes de communication. L'autoroute semble définitivement s'être arrêtée à Monestier de Clermont, tandis que des passerelles Himalayennes enjambent le Drac et l'Ebron pour relier les rives d'un territoire escarpé. Le train fait encore escale, pour combien de temps encore en gare de Monestier ou de Clelles ?


Passerelle sur le lac de Monteynard 

Ainsi, l'authentique et nature Trièves s'apprivoise doucement, en marchant, pour mieux le découvrir, loin de la routine trépidante du monde moderne, pour prendre le temps d'échanger vraiment, avec ses habitants, ses producteurs locaux, ses bâtisseurs d'une société nouvelle à énergie positive.

Un grand merci à Pascal Lluch de Rando Pays et aux accompagnateurs en montagne, Jean-Marc Jacquet et Béatrix Voigt, aux organisteurs de Trièves Tourisme, aux producteurs locaux,... Bravo et continuez ainsi dans votre démarche humaine et humaniste.

Au delà de la rencontre, la marche est un temps différent, une ouverture à soi et à l'autre, une échappée belle à la routine, une quête intérieure. Un voyage qui à chaque fois entraîne une réflexion, une pensée, que j'aime vous faire partager.





Marcher ou l'éloge de la lenteur (pour citer David Le Breton)
Marcher pendant une journée, à son rythme, 
Marcher vingt kilomètres durant, en laissant les paysages défiler,
Marcher en prenant le temps, admirer l'architecture d'une ancienne ferme fortifiée

Marcher en écoutant le souffle du vent ou le chant d'un oiseau,
Marcher en traversant une aérienne passerelle himalayenne,

Puis faire une pause gustative pour découvrir les spécialités locales, 

Marcher encore, reprendre son souffle, gravir une colline,
Marcher, oublier le temps, se perdre dans l'instant,

Marcher, naturellement, pas à pas, en cherchant son chemin, 
Marcher pour trouver sa voie, explorer, rencontrer, découvrir,
Marcher, partager, discuter ou simplement écouter l'autre,
Marcher et arriver enfin à destination, heureuse du chemin parcouru.

2 commentaires

  1. On pense que l'on marche avec toi par ton écriture. Bravo

    RépondreSupprimer
  2. Merci Pascale pour cet article ; je crains un déferlement de Haut-savoyards :) Oui notre région n'est pas que belle, elle est attachante. J'y suis venu, et resté.

    RépondreSupprimer