La marche nordique c'est fantastique !

Voilà trois ans que l'association Marche Nordique en Genevois a été créée. Vous êtes nombreux et nombreuses à me demander régulièrement des infos, à vouloir rejoindre les cours soit en septembre, soit au printemps.

Grâce à une belle collaboration avec Stéphane et Ales de Loom Production, à la prestation de mes super marcheuses nordiques, je suis heureuse de vous présenter le premier film de l'association "Le Bonheur est le chemin" qui présente les cours et l'esprit que je souhaite transmettre : sport, bien-être, convivialité et bien sûr harmonie avec la nature.


Ensuite, si le coeur vous en dit, il reste quelques places pour rejoindre les cours de Marche Nordique sur Viry et alentours, à partir du mois de septembre :

Planning des cours Marche Nordique 
automne 2014 :

Cours Nordic : le mardi soir de 18h30 à 20h, 7 séances du mardi 9 septembre au mardi 21 octobre 2014.

Tarifs : 7 séances de 1h30 : 50 € + carte d'adhésion association MNG - 20€ / valable 1 an de septembre 2014 à septembre 2015
Prêt de bâtons en option : 20 € pour les 7 séances.

Conditions : avoir déjà pratiqué la marche nordique ou participé à une séance d'initiation en cours privé avec MNG. 15 participants maximum.

Lieu des séances :

Septembre :  rendez-vous devant l’église de Thairy.

Octobre : rendez-vous devant l’église de Soral

Plus d'infos : contact@marche-nordique74.com



Interlac Trail : je suis presque devenue qui je veux...*

La Féclaz, départ du 1er Interlactrail - 17km - 20 juillet 2014

C'est l'histoire d'une petite fille née par accident, qui s'est souvent demandée pourquoi elle était née, pourquoi elle était là, si sa présence était souhaitée ou utile, si on avait besoin d'elle,  à quoi sa vie, la vie pouvait bien servir. Pouvait-on l'aimer, la désirer ?

Pendant des années, elle chercha une réponse à ses questions. Fascinée sans savoir pourquoi par les traileurs, les alpinistes, les coureurs de l'inutile qui cherchent leur voie, parcourent les chemins, toujours plus vite, plus haut, plus loin ?

Elle n'a jamais été sportive. Pas qu'elle ne le veuille pas, mais on ne la pas encouragée dans cette voie. Et puis elle n'avait pas un physique pour ça ! A l'âge de 6 ans, un accident de ski, elle se fracture le péroné, un petit os discret, dont on parle peut, dont la fracture n'est pas spectaculaire, mais la consolidation délicate.

Elle se souvient d'un énorme plâtre pendant 6 semaines, d'une petite fille seule et triste sans bouger des heures devant sa télé. De la scie circulaire qui lui a taillé la jambe quand on lui a enlevé le plâtre.
Elle se souvient de sa difficulté à remarcher ensuite. Elle ne se souvient pas de séance de rééducation.
Elle se souvient d'une petite fille triste qui jamais n'arrivera vraiment à courir, à sauter à cloche pied sur son pied droit.
Elle se souvient d'une petite fille triste pour qui faire du sport était une souffrance et un obstacle insurmontable.
Elle se souvient d'une petite fille triste qui avait envie de faire de la danse, mais à qui on a dit qu'elle était trop grosse pour cela. Et oui la petite fille triste, immobile pendant des semaines avait tué le temps en mangeant un peu trop de gâteau devant sa télé.
Et les kilos sont restés, se sont accumulés années après années, comme sa douleur de ne pas pouvoir courir, de ne pas pouvoir sauter à cloche pied.

Un jour la petite fille triste en a eu marre d'être triste, a compris qu'il y avait beaucoup mieux à faire sur terre. Que la vie valait d'être vécue à fond, d'être croquée à pleine dent, ou pas.
La petite fille a pris son destin en main, a perdu ses kilos, a commencé à faire du sport, à s'amuser, à bouger, à rencontrer des gens, plein de gens, à faire des choses, plein de choses. Sans toujours savoir pourquoi.
Ele a commencé à marcher, en essayant de trouver son chemin. Puis comme ça n'allait pas assez vite, elle s'est dit pourquoi pas tenter de courir. Sauf qu'un jour, sa jambe droite lui a fait comprendre qu'elle n'était pas vraiment guérie. Un peu plus grande que sa soeur de gauche, elle avait pris trop de place. La jambe gauche, plus petite, sans le vouloir trainait la patte, lui faisait mal, l'empêchait de courir aussi vite qu'elle l'aurait voulu.
Que faire se demandait la petite fille, qui voulant aller plus vite, plus haut, plus loin, s'était mis à courir des trails ? Que faire si ses jambes ne courent pas aussi vite qu'elle le voudrait, que faire si ses jambes la font souffrir ? Arrêter de courir ou bien les soigner pour qu'elles aillent mieux ?

La petite fille pensa qu'il fallait d'abord qu'elle remercie ses jambes de l'avoir portée jusque-là, que finalement elles n'étaient pas si mal que cela, et qu'en prenant le temps, elles pourraient encore faire mieux, car le chemin parcouru au cours de l'année écoulée était déjà énorme. Avec un peu de patience, de l'amour et de l'attention, mais aussi du travail et de la motivation, les jambes de la petite fille pourraient encore progresser, et rendre la petite fille heureuse.

La petite fille n'est pas encore tout à fait devenue celle qu'elle voudrait être, mais elle se dit qu'il y aura d'autres trails, l'année prochaine ou celle d'après.
La petite fille deviendra un jour celle qu'elle aurait toujours voulu être. Elle ne fera plus partie de la queue du peloton, elle ne fera plus partie de ceux que l'on traine comme un boulet, de ceux qui sont trop nuls pour y arriver, de ceux qui devraient rester chez eux plutôt que de chercher à prouver quoi que ce soit.
La petite fille remercie toutes celles et ceux que la vie a placé sur son chemin.
Celles et ceux qui l'ont aidée, encouragée, motivée.
Celles et ceux qui lui ont dit qu'elle pouvait y arriver, qu'elle était persévérante, battante.
Celles et ceux qui lui ont dit que ce qu'elle faisait était bien, que cela valait la peine d'être fait ou vécu.
Celles et ceux qui lui ont dit qu'elle était aimée, désirée.
Celles et ceux qui lui ont permis d'y croire, enfin, car il n'est jamais trop tard.

MERCI.

Heureuses d'être arrivées ensemble, en 2h23. 

Merci à mon amie Céline pour avoir couru avec moi ce premier Interlac Trail, nous finissons 82 sur 106, en 2h23. Je considère que je serai devenue qui je veux, quand je finirai dans le milieu de tableau, soit 53 sur 106. Gwendal Peizerat, champion olympique de danse sur glace, qui a couru ce trail avec nous, termine lui en 53ème position, en 2h10. Je prends cela comme un signe, mais aussi comme un objectif à atteindre pour mon prochain Interlac Trail. (* Deviens qui tu veux, est le slogan de l'Interlac, dont je remercie au passage le créateur et les organisateurs pour cette grande première qui fut une belle réussite avec plus de 1200 participants sur les différents parcours.)


Gwendal Peizerat au départ avec sa soeur.




La marche est un voyage...


...nul besoin de partir à l'autre bout de la planète pour voyager, pour s'évader...

Découvrir des nouvelles contrées et de nouvelles cultures est certes enrichissant et dépaysant. Mais chaque fois que je prends mes bâtons, à deux pas de chez moi, je m'ouvre à de fabuleuses expériences et rencontres.

L'expérience de l'instant
L'esprit ouvert et en éveil, j'admire un coucher de soleil, écoute le chant d'un oiseau, m'émerveille devant le flot d'un torrent. Peu importe le lieu, la nature qui m'entoure, qui nous entoure, est une source d'inspiration inépuisable. Sa créativité est infinie, sans limites et ni tabou, sans barrières ni jugements. Sans peur, ni angoisse, j'oublie le passé et n'imagine pas l'avenir, je vis l'instant présent, tout simplement.

J'oublie le tracé de ma carte pour me perdre dans les bois, hésiter, tourner à gauche ou à droite, revenir sur mes pas. Qu'importe, je sais que tôt ou tard, je rencontrerai un pélerin ou encore la lumière qui éclairera mon chemin, me guidera vers une nouvelle direction.



Le bonheur des rencontres
Marcher c'est prendre le risque de tomber et de devoir demander de l'aide pour se relever.
Marcher c'est risquer de devoir affronter une tempête soudaine ou souffrir d'un soleil trop ardent.
Marcher c'est peut être rencontrer un inconnu assoiffé au bord de la route
Marcher c'est aussi partager des émotions, des impressions, des moments simples, un picnic improvisé,
Marcher c'est tout simplement s'ouvrir à la découverte, à l'évasion, à la créativité, au partage et au bonheur des rencontres.


Marcher est une aventure
Chaque cours que je donne, chaque randonnée que j'organise ou chaque course à laquelle je participe est une nouvelle aventure, que je m'efforce d'apprécier à sa juste valeur.

Je remercie la vie de me permettre de vivre cela. 
Je remercie la vie de vous avoir rencontrés.
Celles et ceux avec qui
j'ai eu dans un passé, 
récent ou plus lointain, 
dans un avenir proche ou incertain, 
le bonheur de marcher, de partager et d'avancer.

Cette saison de marche nordique fut superbe, elle s'est achevée sur les bords du Rhône de bien belle manière. Vous sourires et votre envie de revenir en sont la plus belle preuve, ma plus grande récompense et mon bonheur. Ami-e-s marcheurs et marcheuses, je vous souhaite de belles vacances, et je vous dit à bientôt.


Pour moi, l'aventure continue dès demain, je participerai à la première édition de l'Interlac Trail, entre La Féclaz et Le Bourget du Lac, sur le parcours Trail de 17 km, avant un mois de vacances, bien méritées, puis le plaisir de vous retrouver au mois de septembre.









Du Col de la Ramaz à la Pointe de Chalune



Col de la Ramaz

Pointe de Chalune

Ce blog est aussi l'occasion de vous faire voyager, et pourquoi pas rêver, dans notre belle région (la Haute-Savoie), que nous explorons, avec notre Combi vw alias Magic Bus et à pied.

Nous avons acquis notre superbe Combi VW Bay Window rouge de 1971 (mon année de naissance !) au mois d'avril 2014. Depuis, dès que nous le pouvons nous nous évadons en sa compagnie pour un petit week-end dans nos montagnes. Malgré son grand âge, il gravit sans encombre les plus beaux cols des Alpes. 

La Pointe de Chalune vue depuis le Chalet Blanc

Ok, en cas de surchauffe du moteur, au détour d'un lacet, une petite pause s'impose, pour admirer le paysage, un point de vue sur le lac, prendre une photo-souvenir. Tiens il me rappelle quelqu'un, car j'invoque parfois l'envie de prendre une photo comme raison pour m'arrêter plutôt que de dire que j'ai besoin de souffler ;-)

Pause photo en arrivant au Chalet Blanc

Ce jour là, profitant d'une belle fenêtre météo en ce premier dimanche de juillet, direction le Col de la Ramaz, au dessus de Mieussy, entre les stations de Sommand et Praz de Lys. (Ce col n'est accessible en voiture que l'été, l'hiver les pistes de skis de piste et de fond sillonnent les pentes alentours.)

Vue depuis le Chalet Blanc

Nous garons notre Combi à 1kilomètre en aval du col de la Ramaz, près à gagner le sentier qui relie les Chalet blanc puis la pointe de Chalune (2100 m). Une belle ascension de 600D+ réalisée en une heure.
De là, une vue superbe sur la chaîne du mont-blanc, et le lac Léman nous attendait.

Le Léman depuis la Pointe de Chalune

Descente ensuite vers le col du Foron, puis le Foron du haut avec une pause casse-croûte, avant de continuer, vers le Foron du milieu puis remonter via le col de Bollire qui nous ramenait au Chalet blanc puis à la case départ.


Fleurs de montagne après le col du Foron




Au total une belle balade sans grande difficulté, offrant de superbes points de vue sur les sommets environnants, d'une dizaine de kilomètre et 800m D+, que je vous recommande chaudement. Au passage, un grand merci à notre guide Jo, qui nous l'a indiquée.




le tracé OpenRunner