EuroNordicWalk dans le Vercors, proche de la (sa) nature

Le loup du Vercors au départ de la course
Feu d’artifice, festivités et liesse populaire, partage et convivialité, le 14 juillet aura désormais pour moi une double signification : la révolution française et une ENORME course de Nordic Walking dans le Vercors.
En ce dimanche 14 juillet 2013, sous un soleil radieux, nous étions plus de 1000 à prendre le départ du premier Euro Nordic Walk, sur l’une des 7 courses de 4 à 23 km, reliant les villages du plateau du Vercors à celui d’Autrans, haut-lieu du ski nordic’.

Départ à Corrençon en Vercors
Après la course du Salève début juin, cette course allait être ma deuxième expérience sur une distance longue de 23km. La première avait été mitigée, en raison de douleurs aux pieds et d’une grosse fatigue à la sortie d’un hiver et printemps pluvieux.
Après 1 mois de repos au cours duquel j’avais remplacé la marche par des sorties VTT et des entrainements en piscine, j’ai intensifié ma reprise une semaine avant la course. Avec deux sorties de 10 km au Salève et une bonne dose de dénivelé, puis une sur les bords du Léman par une forte chaleur, et enfin 20 km de VTT, avec là aussi avec un soleil brûlant., j'étais prête. Dénivelé et chaleur, ces deux ingrédients m’attendaient dans le Vercors ! J’avais donc choisi la bonne option.

Se préparer à des conditions caniculaires
Pour courir une longue distance, je m’étais vite rendue compte qu’une préparation sérieuse était nécessaire, si je voulais être performante et endurante, éviter les blessures ou les coups de chaud.
Mon Camelbak remplit d’eau, jus de raisin et sel ( voir article sur ce sujet), je prenais donc le départ du 23km au plus fort de la chaleur (12h30) aux côtés de 100 autres coureurs. Je m’étais fixé un chrono aux alentours de 4 heures, c’est donc « tranquillement » que je prenais le départ, alors que d’autres «vrais sportifs » (petit clin d'oeil à ceux qui pense encore que la Marche Nordique n'est pas un sport ;-) prenait le départ comme un 100 mètres.
La gestion de l’effort et l’écoute de son corps sont des paramètres très importants à prendre en compte, dans le sport comme dans la vie quotidienne….Qui veut aller loin ménage sa monture !

Merveilleuse réserve naturelle du Vercors
Effort physique mais aussi plaisir des yeux et de l’esprit vont pour moi de pair… je prenais donc mon temps pour admirer les beaux paysages du Vercors, immortaliser quelques images, mais aussi faire le vide dans ma tête, ou encore ressentir les sensations de mes jambes qui me portaient avec légèreté, malgré l’étouffante chaleur.

Un bandeau, une bonne casquette blanche (merci les sponsors) et une hydratation régulière me permettaient de garder la tête froide et les idées claires… Les kilomètres défilaient tranquillement et nous traversions Villars de Lans après 1h15 de course. Un premier ravitaillement bien utile pour remplir ses réserves d’eau, car le second se trouvait 10 km plus loin, après quelques montées qui allaient se révéler fatales à certains. Faire corps avec la nature, retrouver sa nature....

La marche c'est aussi une rencontre, l'espace d'un instant sur les chemins

C’est ainsi que la tortue doublait un lièvre parti trop vite et sans provisions suffisantes, terrassé par les crampes et incapable de poursuivre sa route…
Encore 5 kilomètres à parcourir, j’appréciais la fraîcheur d’un sous-bois, une petite descente pour récupérer, une pause pour attendre mon amie Fanfan qui connaissait une fatigue passagère. Seul on va plus vite, mais à deux on va plus loin, je respectai pendant quelques temps ma maxime préférée, pour finalement reprendre mon rythme.

Avec Fanfan, une belle amitié sur les chemins
Car une course c’est aussi aller aux bouts de ses possibilités, relever un challenge, un défi personnel, escalader un sommet à force de volonté et de courage, aller un peu plus loin, un peu plus haut, un peu plus vite,…
"Je n'ai fait que ce que je savais pouvoir faire. C'est une question de volonté, la base même ... Mais la volonté est aussi sacrifice et souffrance, parce que pour vouloir il faut souffrir" Riccardo Cassin (Citations sur le thème de la montagne)

Combien d'heures d'entrainement, de volonté et de sacrifices pour sauter ce ce tremplin ?
Je passais la ligne d’arrivée, après 4h11 ce course, 3h51 de déplacement, à peine essoufflée, et heureuse d’avoir pu participer à cette GRANDE première…Un peu mal aux jambes tout de même, j’appréciais un bon moment de récupération offert par les jeunes masseurs et osthéopathes de l’école de Lyon.
Merci la vie, merci aux organisateurs et bénévoles.


Arrivée à Autrans

Au delà de la course et du sport, ce week-end a été un formidable moment de partage et de convivialité avec mes amies marcheuses de l’ASJ74, et notre staff technique en camping car que je remercie tout particulièrement.

Les walk'in Girls de l'ASJ 74
Je l’ai poursuivi par une non moins bonne formation en techniques de Nordic Walking dispensée pendant deux jours par deux instructrices passionnées : la finlandaise Arja Jalkanen-Meyer, l’une des pionnière de la marche nordique en France et la Gessoise (une voisine), Isabelle Ansel.




Le Vercors, un paradis pour la Marche Nordique




3 commentaires

  1. Super ton récit !!!! J'avais très envie de connaitre ton avis !!!! C'était pile le jour de mon départ de vacances autrement je serais bien venue !!!! A une prochaine fois j'espère....Tina

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'était super.... j'espère bien y retourner...

    RépondreSupprimer
  3. superbement écrit, qu'elle joie de te lire et de t'entendre parlé de ce sport, car sans est un.
    Participé à la prochaine édition suite à ton récit sera une belle découverte.
    Et soigné son âme par cette activitée en découvrant des endroits merveilleux.
    Sw

    RépondreSupprimer