Marche nordique : bienfait n°2

Plus efficace que la marche, moins traumatisant que la course.

Course de l'ekiden des 4 Hameaux de Saint-Julien en Genevois en 3 X 5 km

J'ai déjà entendu des remarques du style : " la marche nordique ? c'est pas du sport !",
"ahah...des bâtons ! mais où sont tes skis ?" C'est sûr la marche nordique ne sera pas demain
un sport olympique et telle n'est pas son ambition !
Il existe des "compétitions" ou plutôt des courses de Nordic Walking, mais même
si elles sont chronométrées, il n'y pas de classement ! Par fair play, il est demandé
aux participants de ne pas courir, mais il n'y a jamais de juges sur le parcours.
C'est sûr, on se fait parfois doubler par un ancien coureur qui a des fourmis dans
les jambes et qui espère faire un "podium" dans la catégorie Marche Nordique !

Mais la marche nordique est avant tout un sport bien-être et convivial, et il n'y a pas besoin
d'être expert pour se rendre compte que la marche nordique est un sport plus doux que la
course et le running.
En marchant, on a toujours un pied au sol, alors qu'en courant, la réception après la phase de
suspension occasionne un choc sur les membres inférieurs et les articulations( genoux,
chevilles et hanches). Grâce à l'action des bâtons et la poussée des bras - qui nécessite une
bonne maîtrise de la technique -, l'effort augmente de 40% et le rythme cardiaque atteint rapidement la
zone cible de 65 à 85% de sa fréquence maximale. La vitesse de déplacement atteint alors
6 à 7 km/h et la dépense calorique équivaut à un footing modéré. Sans compter que l'action
des bâtons permet de muscler et renforcer le haut du corps, les bras, le buste, le dos et les
abdominaux.
Cela ne vous rappelle pas l'histoire du lièvre et de la tortue, ou encore qui veut
aller loin ménage sa monture !

Aucun commentaire